Bonjour,

Si vous lisez ce message c'est que vous n'êtes pas connecté(e) au forum.

Si vous êtres déjà enregistré(e), connectez-vous pour participer (lien en haut à gauche).

Sinon Cliquez ici pour vous enregistrer en quelques minutes et pouvoir ainsi profiter de toutes les fonctions du forum.


Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Biochar
#1
Salut à tous,

Toujours dans le but d'essayer de nouveaux trucs pour pouvoir comparer avec ce que je fais à un moment donné, je suis entrain de me documenter sur le BioChar.

Est-ce que quelqu'un ici a déjà tenté ?

Rapport à ce que ce genre de trucs étant a priori utilisé pour la Terra Pretta des précolombiens, en réfléchissant à l'intégrer au jardin on pourrait se laisser prendre par de bonnes surprises. 

Il y a de fortes chances que ces mecs-là aient tout compris bien avant qu'on ne se mette, nous occidentaux "modernistes", à redécouvrir ce dont il s'agit dans la vie de nos sols, donc leur fertilité naturelle, ce qui fait que ça pousse tout seul sous certaines conditions. 

Ca a le vent en poupe, aussi je me méfie des effets de mode comme de la peste. Mais disons que pas mal de types dont je m'inspire utilisent ce produit, en le produisant sur place. C'est le cas chez Ben Falk, chez Mark Krawczyk et chez Sean Dembrosky, entre autres.

Je ne compte pas l'utiliser massivement,  mais en revanche ça me dirait bien d'en mettre dans mes mélanges à semis en pots, notamment pour tout ce qui est de mes semis de ligneux, arbres et arbustes. Et pourquoi pas dans le peu de compost que je fais chaque année pour mes semis directs de petites graines et pour mes thés de compost.

Du coup, je ferai des tests comparatifs, en semant une partie de mes futurs repiquages dans différents mélanges, avec chaque fois une modalité "Avec/Sans" BioChar.

Je continue de me documenter (la littérature est très abondante !), et je vous fais signe dans quelques temps. 

En attendant, j'aimerais bien que celles et ceux qui en sont concernés partagent leurs expériences en la matière.

Amitiés,

Benoît
La paille est pour le sol, la graine est pour l'homme
Répondre
#2
Il semble qu'il faille humidifier et ensemencer le charbon avant de l'utiliser.
Quand ma femme avait un restaurant bio, je compostais les déchets de cuisine et d'assiette selon la méthode du bokashi.
Je mélangeais le charbon concassé de mon poêle aux déchets et aux bactéries anaérobies dans un fût étanche avec un robinet.
La production était d'un fût de 60l tous les 2/3 semaines (petit restaurant) et de 3 ou 4 litres de thé très acide.(assez pour servir de désherbant pur)
Le contenu du fût est déversé dans une fosse (1x1x0.20m) et recouvert de feuilles et d'un peu de terre.Un mois après on peux l'utiliser en l'incorporant en griffant la surface au jardin. les vers de terre en raffolent . Les légumes aussi.
Le thé est dilué à 1 ou 2% pour l'arrosage. (dans le réservoir d'eau de pluie)
Le restaurant a fermé et je regrette beaucoup ce produit. Je cherche à le remplacer par la consoude. Huh
J'ai appris depuis qu'on pouvait faire du bokashi avec le broyat de déchets verts en respectant le c/n et je vais peut-être m'y remettre.(j'ai encore un peu de son ensemencé de bactéries).
Les légumes avaient moins de problèmes surtout les légumes feuilles et les choux gourmands (pommés mais aussi mizuna, tatsoi etc...). Les tomates me semblaient moins sensibles au mildiou (sans abri). (le cuistôt parlait de persil tchernobyl).
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)