Bonjour,

Si vous lisez ce message c'est que vous n'êtes pas connecté(e) au forum.

Si vous êtres déjà enregistré(e), connectez-vous pour participer (lien en haut à gauche).

Sinon Cliquez ici pour vous enregistrer en quelques minutes et pouvoir ainsi profiter de toutes les fonctions du forum.


Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
"Appellation Bio"
#1
Ça me scie que les seules contraintes de la certification bio soient juste la non utilisation d'intrants (pesticides et engrais) chimiques... Rien pour les techniques culturales ni les distances par rapport à un environnement (mal)traité.

En dehors de ce constat amer, je me demandais si des graines récoltées sur un terrain jamais traité mais non "étiqueté" bio, issues de graines conventionnelles ou bio à la base, pouvaient être employées sur un terrain homologué bio. Je suppose que non, faute de traçabilité et de non reconnaissance officielle (et financiere...), meme pour les fleurs ? (Cosmos, capucines, bourrache..)
J'espère que ce sera possible l'an prochain avec ma facture de semences de cette année, cultivées sur terrain certifié.
Répondre
#2
Je crois que tu peux récolter ta semence issue de graines achetées en bio, et la réutiliser pour la vente de légumes.

Gilles saura surement te répondre.

Je crois que la distance d'un terrain en conventionnel doit être de 8 mètres. A vérifier. S'il y a une haie pour séparer les deux sites, c'est encore mieux. Je suis dans ce cas de figure. Mon jardin est bordée d'une haie que j'ai laissé pousser. Elle fait actuellement 3 mètres de haut, et je compte la laisser pousser encore. Elle sera taillée jusqu'à 4 mètres, puis le haut sera laissé libre.
De l'autre coté de la haie, il y a la route, puis un fossé, puis une bande non cultivée et non traitée de 2 mètres.

Je suis quasi certaine qu'en profondeur, il y a des pesticides dans mon sol, via les infiltrations, la pente du terrain les amenant chez moi. J'ai un puits, et je pense que je vais faire analyser l'eau, car je pense qu'elle doit aussi contenir des pesticides. Je ne m'en sers pas au potager, seulement au jardin d'ornement, et pour faire le niveau de mon bassin d'ornement en été (pauvres poissons rouges !).

A quand le jour où tout le territoire français sera cultivé en bio ! Utopie...

Pour ce qui est des pratiques culturales, c'est une question d'éthique. Rien ne nous empêche de faire mieux que le bio. Et pour un pro, je pense que c'est un argument qu'il faut mettre en avant. Plus que bio, c'est de la culture naturelle. Il faudrait créer le label...
Répondre
#3
Ca bosse sévère sur un autre label, actuellement...
La paille est pour le sol, la graine est pour l'homme
Répondre
#4
Bonjour à tous,

Pour les semences, c'est un peu au bon vouloir du contrôleur... et de la confiance en vous...
Personnellement, il m'est arrivé d'utiliser des semences récupérées chez des amis, mais non certifiés (car étant des particuliers). La contrôleuse de certification n'y a pas vu d'objection...

Pour les fleurs, à partir du moment où elles ne sont pas vendues, il n'y a pas de problème à utiliser des semences non certifiées. Car, en fait, la certification liste chacun des légumes (ou autres végétaux) pouvant être vendus sous label AB.

Mettre des normes de distance ou autres est irréalistes : l'eau ou l'air sont pollués, PARTOUT... comment contrôler les contaminations par ces voies ? Tout ce que nous pouvons faire, c'est agir le plus "proprement possible" sur nos parcelles... et ce tant que les produits chimiques ou les énergies fossiles ne seront pas interdits sur la planète entière (pas seulement en agriculture d'ailleurs... donc utopique probablement pour des siècles encore...)

Concernant la multiplication des labels, j'y suis plutôt réticent :
- cela représente encore un coût supplémentaire pour le producteur (Bio Cohérence par exemple ne permet pas de vendre en bio... c'est en plus du label officiel AB) - alors que c'est le pollueur qui devrait payer... pas celui qui fait au mieux ;
- les consommateurs risquent de s'y perdre ;
- le label AB est une base "à minima" (si par exemple, tu interdis le travail du sol, la production bio chutera... ) - Libre à chacun ensuite de placer son curseur là où il le souhaite, en conscience, et communiquant sur ses spécificités auprès de sa clientèle.
Répondre
#5
Merci pour cette réponse calme et posée!
Répondre
#6
Gilles, concernant la fin des énergies fossiles, je crois que tu es optimiste. Ça pourrait arriver bien plus vite qu'on ne le croit.

A voir, ce documentaire très bien fait.

https://www.youtube.com/watch?v=a0J2gj80EVI
Répondre
#7
Pourquoi penses-tu que ça chuterait en semis direct ?

De ce qui se produit à l'heure actuelle, ce serait plutôt le contraire. Ca sort des rendements de conventionnels, mais en bio, en fait...
La paille est pour le sol, la graine est pour l'homme
Répondre
#8
(13-03-2017, 08:27 PM)manginbenoit a écrit : Pourquoi penses-tu que ça chuterait en semis direct ?

De ce qui se produit à l'heure actuelle, ce serait plutôt le contraire. Ca sort des rendements de conventionnels, mais en bio, en fait...

Je me suis mal exprimé.

Je veux dire par là que si l'on met la barre trop haut pour la certification bio (par exemple en interdisant le travail du sol), peu d'agriculteur seront aptes à répondre à de telles exigences... et de fait, le nombre d'agriculteurs certifiés en bio ne pourrait que chuter... donc la production AB
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)