Bonjour,

Si vous lisez ce message c'est que vous n'êtes pas connecté(e) au forum.

Si vous êtres déjà enregistré(e), connectez-vous pour participer (lien en haut à gauche).

Sinon Cliquez ici pour vous enregistrer en quelques minutes et pouvoir ainsi profiter de toutes les fonctions du forum.


Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
rongeurs et artichauts
#11
Je n'ai pas d'animosité particulière contre les chats en tant qu'espèce, comme beaucoup d'entre nous j'aime leur grâce et leur indépendance. J'ai vécu beaucoup d'émotions avec mes chats lorsque j'étais enfant.
Je ne souhaite pas du tout leur extermination! Et mon objectif n'est pas non plus de vexer ou peiner leurs propriétaires.

Je tiens juste à informer les jardiniers du réel impact des chats sur la biodiversité. Parce-que, et je me répète, j'entends trop souvent parler du chat comme solution contre les rongeurs gênants s'installant dans les potagers paillés.
Je ne souhaite pas éliminer les chats mais j'aimerais bien que les gens aient toutes les informations utiles avant d'adopter un félin, surtout si c'est pour le laisser courir la campagne. On peut aimer les chats et être conscient de leur impact sur la biodiversité. Et aussi participer à l'enquête du muséum à cette adresse Wink
http://www.chat-biodiversite.fr/

Bon, je dois bien avouer quelque chose: j'aime bien les chats mais je préfère largement la Couleuvre d'Esculape planquée derrière le barbecue, le couple de mésanges bleues habitant le nichoir mis à leur disposition, les nombreux papillons qui font le bonheur de mon fils et surtout la petite Musaraigne couronnée qui elle aussi creuse des galeries dans mon potager sans jamais s'attaquer à mes cultures (c'est un insectivore)! C'est une richesse dont je suis conscient et que je protègerais à tout prix.

Amicalement
Répondre
#12
Je comprends ton point de vue. Et ce serait bête d'adopter un chat juste pour lutter contre les campagnols au potager. Effectivement, ce n'est pas "la" solution. Favoriser la biodiversité me semble plus judicieux. Nous avons des chouettes chevêche d'Athéna qui nichent chaque année dans le jardin, et des faucons crécerelle qui chassent sur nos prés. Je pense qu'ils doivent prélever un peu des rongeurs du jardin. Je sais qu'il y a aussi des couleuvres et des belettes dans le secteur. J'ai laissé des tas de cailloux dans le pied de la haie du potager pour qu'ils puissent s'y réfugier. Je suis moi aussi en admiration devant la petite faune de mon jardin. Je nourris les oiseaux l'hiver, et j'ai installé des nichoirs à mésange. J'aime tous les animaux, y compris les rongeurs. Il m'est arrivé de le payer d'une morsure, en voulant attraper une souris pour la mettre en lieu sûr. J'ai fait la même expérience avec une taupe. Je sauve tout ce que je peux, mais les proies du chat, bon bah...

Deux petites photos, pour vous faire profiter de magnifiques oiseaux, que j'ai eu la chance d'observer de près : un roitelet huppé qui s'était assommé dans la vitre (malgré les silhouette de rapaces que j'ai collé dessus)/ Il faisait froid, je l'ai rentré le temps qu'il reprenne ses esprits. Et une petite chevêche d’Athéna, sauvée des griffes du chat. Il rodait autour de ma voiture, ce qui a attiré mon attention. La petite chouette sortie du nid s'était réfugiée sur mon pneu. Je l'ai sortie de là et je l'ai posée en hauteur. Ses parents sont venus la récupérer.

Je suis allée sur le lien du muséum, mais je n'ai pas souhaité m'inscrire pour l'enquête, car on comprends bien que c'est à la décharge des chats. Quel est le but de cette enquête ? Légiférer pour réguler les populations de chats ?

J'imagine mal enfermer le mien. Il deviendrait fou ! Nous ne l'avons pas adopté, c'est lui qui nous a choisi. Il a débarqué chez nous quand il avait 3-4 mois. Des voisins auraient vu des gens s'arrêter en voiture pour l'abandonner dans notre rue. Ma porte était ouverte, il est entré en miaulant. On l'a nourri et il n'est jamais reparti. Nous l'avons fait castrer quand il a eu 6 mois, et il a vécu 2 ans sans entrer dans la maison. Sous la pression de mon mari, j'ai fini par le laisser entrer dans la maison...


Pièces jointes Miniature(s)
           
Répondre
#13
Pas de trace de peur dans les yeux de ces oiseaux, il sont en confiance.
Après, je suis assez d'accord avec vous deux (la période d'élection déteint).
J'ai un chat et il est chasseur, je vois donc les dégâts qu'il commet nourri.
Autour de chez moi, des dizaines de chats ne sont pas nourris ou occasionnellement.
Le résultat est que les lièvres et lapins ont disparu, les mésanges, rouges queues sont rares etc... (bon les insectes, ce n'est pas sur leur compte.)
Un voisin agriculteur a sorti son fusil une année et a tué 60 chats sur un demi Ha !
Tout le monde a crié au scandale (c'en était un) mais la faune est revenue, puis des chats aussi. (RAZ) Il n'a pas recommencé.
La solution serai de stériliser tout ces chats errants pour arrêter l'inflation, mais le coût est prohibitif.
D'où l'enquête évoquée, destinée à sensibiliser nos édiles pour légiférer.
Répondre
#14
Évidemment, la stérilisation est la solution contre la prolifération. Je n'aurais pas vu les choses autrement pour mon chat. Dans mon coin, ils ne pullulent pas. J'en vois régulièrement deux ou trois.
La faune est bien présente, avec une grande diversité. (J'en ai déjà parlé dans un autre sujet, je tiens une liste de tous les oiseaux que j'observe au jardin).
Les lapins, eux, foisonnent et font de nombreux dégât dans les jardins, notamment en dévorants les branches et l'écorce des jeunes arbres, surtout les fruitiers. Je suis obligées de protéger tous les arbres que je plante, et mon potager est entouré d'une clôture électrique (très efficace). Du coup, je pense que la pression des chats dans mon quartier n'est pas très importante.
Répondre
#15
Merci à tous pour vos réponses, j' ai déplacé les artichauts rescapés, je vais mettre des pièges et tenter les plantes répulsives en bordure du potager

Monica
Répondre
#16
Ce débat très intéressant m'a motivé pour mieux connaitre les micro-mammifères de nos campagnes. Alors à tous, si vous piégez les rongeurs ou si vos chats vous en ramène, je serais ravis de vous aider à les identifier si vous m'envoyer des photos des cadavres.
J'ouvre un nouveau post à ce sujet.

Bien à vous

Aurélien
Répondre
#17
(23-04-2017, 02:29 PM)AurelPaysBasque a écrit : Les chats sont utilisés depuis des millénaires pour protéger les récoltes de céréales des rongeurs. Ils peuvent effectivement avoir leur utilité dans une ferme. Mais, avec la démocratisation des techniques de couverts, je lis et j'entends trop souvent que les chats sont utiles dans le potager, comme une solution miracle contre les campagnols.
Favoriser une espèce très concurrentielle pour régler un déséquilibre que nous avons nous-mêmes créé (les populations de rongeurs explosent dans des écosystèmes exploités), on sait très bien ce que ça donne. Voir les nombreux exemples apparus au cours des dernières décennies : coccinelles asiatiques, black-bass (chez les poissons), relâcher de sangliers et chevreuils par les fédés de chasse...

En France, on compte 12 millions de chats déclarés. En réalité, il y en a beaucoup plus...
Enfin, en comptant 1 oiseau chassé par semaine (c'est très très peu) x 12 millions de chats = 624 000 000 millions d'oiseaux tués chaque année par les chats.
Pour comparer, les tableaux de chasse nationaux montrent un prélèvement de moins de 20 millions d'oiseaux chaque année par les chasseurs. Et les chasseurs (du-moins la majorité d'entre eux) font la différence entre espèce protégée et espèce chassable, les chats non...
On peut faire le même calcul avec les papillons, les micro-mammifères insectivores, les lézards... Sacré chasseurs ces félins quand-même! Et c'est là tout le problème, les chats ne sont pas sélectifs. D'ailleurs, je doute de leur réelle efficacité sur le rat taupier qui passe la majorité de sa vie sous terre et ne sors généralement que la nuit pour se nourrir. Les serpents, les mustélidés et les rapaces nocturnes seront bien plus compétitifs.

Tous les naturalistes le savent, on a un gros problème avec les chats en France. Alors je m'oppose à cette idée qu'il faudrait des chats dans tous les potagers paillés. Parce que la biodiversité considérée aujourd'hui comme "commune" risque de ne pas l'être encore longtemps et n'a pas besoin de cette pression supplémentaire. Et je précise qu'il existe d'autres solutions pour lutter contre les campagnols et mulots qui peuvent faire des dégâts dans le jardin.

Et je reste bien sûr ouvert à la discussion!

Wouah ! Ca fait du bien d'entendre ça Aurélien, ça remet à l'heure des pendules qui étaient visiblement très retardées en ce qui me concerne.

A plus !
La paille est pour le sol, la graine est pour l'homme
Répondre
#18
bonjour, je viens de tester avec succès , une méthode simple pour protéger mes artichauts qui étaient attaqués au printemps... 2 pieds grignotés alors qu'ils étaient en pleine pousse...
j ai déplanté délicatement pour ne pas casser les pieds , élargis le trou et installé des pots en plastique grand modèle (environ 30cm de haut) apres avoir découpé totalement le fond..... cette barrière souterraine a fait son effet et le pied protégé n'a pas été attaqué , et se porte très bien après avoir donné 4 têtes... c'est de loin le plus beau plant du jardin. je viens d'élargir la protection à tous mes pieds .... par contre... céléris et blettes vont devoir subir le même traitement car j'en ai quelque uns qui viennent de se faire croquer...
Répondre
#19
Des amis ont testé avec succès, semble-t-il, la pose d'un grillage à poule (plutôt à cailles, vu les petites mailles) dans le même esprit que les pots en plastique. Ils le posent même à la construction de leurs buttes !
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 2 visiteur(s)