Bonjour,

Si vous lisez ce message c'est que vous n'êtes pas connecté(e) au forum.

Si vous êtres déjà enregistré(e), connectez-vous pour participer (lien en haut à gauche).

Sinon Cliquez ici pour vous enregistrer en quelques minutes et pouvoir ainsi profiter de toutes les fonctions du forum.


Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Reportage couches chaudes 2017
#1
Bonjour,

Voici un descriptif des couches chaudes réalisées en janvier 2017 juste avant un épisode de gélée (-10°C). Le retour d'expérience est mitigé et je ne recommencerais pas de la même manière cette année.

Tout commence par un chargement de fumier frais dans un centre équestre disposant de fumier. Attention, les quantités disponibles sont impressionnantes en sortie d'hiver mais seul le fumier frais est valable, sinon ca ne marche pas.
Le fumier a été chargé dans 6 palox de pommes le tout transporté sur une remorque plateau.
Déchargement directement réalisé au tracto-pelle car un palox pèse peut etre jusqu'a 200 kilo.
Les palox sont alignés sous la serre et entourrés de bottes de paille pour garder la chaleur.
Il faut arroser copieusement avant d'ajouter une couche de terre car le fumier a tendance à secher et la réaction aura du mal à se lancer.
Ensuite, on ajoute la couche de terre (env 15 cm) puis la couche de terreau pour les semis.
Il faut attendre 1 semaine afin que le coup de feu soit effectué.
Les palox sont couvert d'une bache de serre ou mieux de chassis polycarbonates ou verre par exemple

Problèmes rencontrés et ils sont nombreux :
- Grosse manutention et quantité importantes de fumier nécessaire (Il faut etre équipé)
- Démarrées au mois de janvier, la couche chaude s'est éteinte au bout de 3 semaines (beaucoup trop tot car il fait encore très froid dehors).
- A nouveau grosse manutention pour vider les palox, bien que le contenu serve de compost au jardin.
- Présence de champignons impressionnante au printemps, puis de mauvaises herbes.

Conclusion : Le gain apporté par les couches chaudes est trop faible pour le boulot consacré.

Bien sure, des choses peuvent etre améliorées et nous allons tester cet hiver le BRF.

PS : je n'arrive pas à mettre les photos, vous pouvez consulter le reportage complet sur notre blog (Site web : http://jardindesoliviers.wixsite.com/montpezat)
Répondre
#2
bravo et merci pour le retour d'expérience
Répondre
#3
J'ai moi aussi réalisé une couche chaude l'an dernier, début février, pour faire des semis précoces en terrines et mini cellules, pour repiquage. Je l'avais fait en extérieur, avec des bottes de foin comme contenant, du fumier de cheval et du polycarbonate dessus. C'était plutôt bien parti, la température s'est maintenue à 30° pendant un mois. Mais début mars, nous avons eu une journée de pluie glacée, à la limite de la neige. L'eau froide est rentrée dans la couche par les bottes de foin qui l'entourait, et la température a chuté brutalement à 18°. Elle s'est maintenue autour de 18 durant 5 semaines, donc jusque mi-avril. C'était un peu juste, et je n'ai pas pu y déposer mes plants de tomates début avril, comme je l'avais envisagé.

Je pense retenter cette année, mais en déposant un châssis sur les bottes de foin, et en les protégeant de la pluie par un plastique. Je pense aussi la démarrer un peu plus tard.
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)